• Histoire du Hochet

     

     

     

     

    Le hochet

      

      

    Le hochet est l'un des plus vieux jouets au monde. Il semblerait que son inventeur soit Archytas de Tarente, philosophe, mathématicien et musicologue du IVe siècle av. J.-C.

    Le crepitacula, comme on l'appelle à l'époque, est alors en argile ou en métal. A l'intérieur, de petits cailloux ou grains sont enfermés. Il a bien souvent la forme d'un animal : chien, mouton ou cochon. Le hochet qui représente un enfant juché sur un petit cochon protège le bébé des maladies infantiles.

    Depuis cette époque, les nourrices calment les cris du nourrisson en le faisant "crépiter".

    Les hochets pour adultes sont, eux, utilisés comme instruments de musique pour fêter, entre autres, Bacchus.

    Le hochet est, en effet, un instrument de musique aux vertus chamaniques, présent dans de nombreuses cultures. Les Kotas du Gabon utilisent ainsi un hochet fait de cuivre et de fibres tressées, pour repousser les ennemis. Les Indiens Iroquois transforment les carapaces de tortue en hochet, dont ils font un instrument. Ils respectent infiniment cet animal qui, pour eux, porte le monde sur son dos.

    Au Moyen Age, le hochet a des pouvoirs magiques et des vertus médicales. Os, corne, coquillage mais surtout corail sont les matières utilisées pour les fabriquer. Le rouge (corail), couleur protectrice, est très apprécié. Une dent de loup protège le bébé du Malin ! Elle est aussi un "remède" pour faire venir les dents avec peu de douleur. Les enfants royaux ont des hochets en or avec un ruban de soie, décoré de fleurs de lys.

    A la Renaissance, les enfants de l'aristocratie et des riches commerçants peuvent suçoter des hochets en ivoire, cristal ou argent, rehaussés de perles fines. Le corail qui chasse les mauvais esprits est toujours utilisé.

    Au XVIIIe siècle, Jean-Jacques Rousseau reproche à ces hochets, faits de matières précieuses, d'avoir une mauvaise influence sur le futur adulte citoyen. D'après lui, tout ce luxe, dès la naissance, risque de leur pourrir l'esprit. Il conseille de donner à l'enfant des choses plus simples, plus proches de la nature. Il conseille de privilégier des branchettes feuillues, une tête de pavot, dont le bébé entendra "crépiter" les graines, ou un bâton de réglisse, beaucoup plus sein à mâcher.

    Ses illustres contemporains ne l'écoutent guère. Le grand physicien Lavoisier offre à ses enfants un hochet fait d'argent et de corail, tandis que le roi de Rome, fils de Napoléon, agite des hochets en or, argent et ivoire !

    Au XIXe siècle, l'ère industrielle permet au hochet de se démocratiser. De nouveaux modèles font leur apparition : petit tambourin en fer blanc et garni de graines séchées, têtes de personnage de Guignol, garnies de grelots placés sur un petit manche de bois.

    Le XXe siècle voit la révolution des matières plastiques. Celles-ci permettent dès lors de confectionner des hochets de toutes les formes et de toutes les couleurs.

    Quelle que soit sa forme, ses couleurs ou ses matières, le hochet reste un jouet qui éveille et éveillera encore longtemps les tout-petits !

    Ce sujet de Pascal Pistacio a été diffusé le 19 octobre 2006. 

    http://www.france5.fr/eveil/W00251/9/137925.cfm

      

      

    Sources

    http://beaujarret.fiftiz.fr/blog/r326,enfants-du-moyen-age,7.html

     


     

    « Histoire du lange...HISTOIRE de la GIROUETTE »
    Delicious Yahoo!